religion de la croissance (1)

1/{religion de la croissance ; simplicité volontaire ; misère ; exploitation ; progrès}

L’humanité de ces temps anciens, cette humanité de l’aube de la Communication, était arrivée au bout d’une impasse, se trouvant prisonnière d’un cercle vicieux infernal qu’elle avait forgé elle-même avec le plus grand soin et la plus grande énergie. Initialement portée par un idéal de progrès où elle fondait tous ses espoirs dans la science, convaincue de sa toute-puissance à soumettre la nature à ses propres fins, elle avait effectivement connu un essor fantastique de son industrie qui allait très vite conquérir toute la planète. Tissant des réseaux de routes, de communications, de transports toujours plus nombreux, rapides et étendus, la ruche industrielle en augmentation et accélération constantes produisait, diffusait, échangeait des biens de plus en plus variés et sophistiqués à destination du plus grand nombre. Un confort matériel inégalé se développait, les machines allégeaient graduellement la pénibilité du travail, un mouvement d’émancipation de la contrainte physique était à l’œuvre, sonnant la victoire de l’homme sur une nature hostile. Le progrès affiché était spectaculaire, enthousiasmant, et incontestable. Du moins à première vue. Car en réalité seul un petit quart de l’humanité en bénéficiait, et ce que ce petit quart n’avait pas remarqué, ou ne voulait pas remarquer, c’est que sa nouvelle prospérité ne provenait pas directement du progrès de la science et de l’industrie, mais plutôt du fait que ce progrès lui avait permis de coloniser les autres nations de la terre en s’accaparant leurs précieuses ressources naturelles au moindre coût grâce à des légions de travailleurs réduits en esclavage. S’il n’avait pas eu la possibilité de disposer de cette immense main d’œuvre gratuite pour s’emparer des matières premières nécessaires à sa croissance, ce petit quart d’une humanité dominante n’aurait jamais pu accumuler le gigantesque trésor sur lequel reposait son extraordinaire développement matériel. Ainsi il apparaissait clairement que la prospérité d’un quart de l’humanité dépendait de l’exploitation des trois quarts de l’humanité restante, le progrès de la science et de l’industrie n’intervenant qu’en second lieu dans cette prospérité et servant principalement à créer de nouveaux instruments d’asservissement afin de pérenniser ce rapport de force foncièrement injuste. Et à mesure que le progrès apprivoisait et soumettait toujours plus durement la nature à la volonté de l’homme, le rapport de force foncièrement injuste s’en trouvait invariablement accentué dans les mêmes proportions, puisque ce même progrès enchaînait et soumettait toujours plus durement les hommes à la volonté d’autres hommes.

simplicité volontaire pour les riches pour contrer la misère mondiale

riches jouisseurs face à la misère et simplicité volontaireL’équation était imparable : l’enrichissement durable d’une minorité d’êtres humains privilégiés reposait sur l’appauvrissement durable de la majorité des autres humains dont la misère persistante permettait d’exploiter leur force de travail dans les pires conditions pour une bouchée de pain. Durant toute la période d’industrialisation active du monde, cette équation s’était toujours vérifiée, elle n’avait jamais été prise en défaut, et c’est sans doute pourquoi elle avait été soigneusement masquée par les gagnants de l’équation, aucun d’entre eux n’étant disposé à la considérer sérieusement. À la place, ils préféraient continuer de s’étourdir aux promesses alléchantes du progrès qui finirait par triompher de l’adversité en démentant la sinistre équation, ils préféraient croire aux vertus de l’accumulation sans fin de leur abondance en se persuadant qu’elle déborderait tôt ou tard de leurs frontières pour se répandre sur le reste du monde qui en profiterait à son tour. Une croissance permanente, ininterrompue, illimitée de leurs productions et de leurs biens, telle était la voie du salut pour l’humanité. Et comme cette voie glorieuse était régulièrement contredite par les faits, il fallait un dogme pour la soutenir, un dogme irrationnel plus vrai et plus puissant que la pénible réalité, il fallait une religion pour la porter et lui vouer un culte indestructible, une religion où l’aveuglement et le fanatisme étaient de mise. Car aveugle, il fallait l’être particulièrement pour prôner que les fruits de la croissance bénéficieraient à l’ensemble de l’humanité, c’est-à-dire aussi bien à la majorité des misérables alors que ceux-ci devaient impérativement en rester privés afin de continuer à les produire. Et fanatique, il fallait l’être encore plus pour se mettre à prier pour une croissance toujours plus forte afin de remédier aux mille maux dont cette même croissance était responsable.

© Tous droits réservés

2/[religion de la croissance ; industrie des croquants]

3/[religion de la croissance ; fin du travail ; pauvreté : chômage]

4/[religion de la croissance ; fin du travail ; emploi ; misère]

5/[religion de la croissance ; négativité ; industrie de la maladie]

6/[religion de la croissance ; travail nuisible ; appauvrissement]

7/[religion de la croissance ; raréfaction des matières premières ; misère ; ruine]

8/[religion de la croissance ; communication hégémonique]

9/[religion de la croissance ; refoulement de la réalité de la mort ; empire financier ; dette]

10/[religion de la croissance ; croquants ; intérêt privé ; matières premières]

11/[religion de la croissance ; accélération ; tyrannie du temps ; refoulement de la réalité de la mort]


    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :