misère (2)

2/[misère ; qualité condition d’existence]

C’était tellement vrai que pour la première fois dans l’histoire de l’industrialisation du monde, le rapport entre le bénéfice global que la collectivité retirait du fruit de son travail et les dommages qu’il lui apportait avait cessé d’être positif. Autrement dit, les humains ne travaillaient plus à accroître leur richesse, leur abondance, leur bien-être, ils travaillaient désormais tous à accroître collectivement leur misère, leur pénurie, leur mal-être. Ce qui était déjà depuis longtemps la sinistre réalité des peuples misérables gagnait à présent indistinctement tous les peuples, même les plus fortunés qui avaient jusqu’ici si bien profité de leur position dominante. Car pour ces peuples favorisés qui mesuraient leur prospérité à travers ce qu’ils appelaient leur niveau de vie, c’est-à-dire la qualité de leur condition d’existence, si cette qualité s’était bien dans un premier temps constamment améliorée au rythme de leur croissance productive ininterrompue, ce qui avait été plus que suffisant pour les convaincre unanimement qu’elle était la voie du salut pour l’humanité et la réponse primordiale à tous ses problèmes, ce n’était à présent plus le cas.
[…]

pénurie

On se trouvait donc à présent dans la situation très concrète où en continuant de travailler à sa croissance, à son abondance, la société humaine accroissait également et inévitablement sa consommation de matières premières limitées, et plus elle les consommait plus elle contribuait à les raréfier, et plus elle les raréfiait plus elle les rendait précieuses en faisant monter constamment leur prix. La croissance productive mondiale avait bel et bien franchi ce cap où tandis que d’un côté elle continuait de générer de la richesse, de l’autre côté elle générait de la pénurie, de la misère collective globale dans une proportion largement supérieure. La seconde équation ressortait finalement au grand jour et il n’était désormais plus possible de l’ignorer. Tout comme son bonheur faisait son malheur, l’augmentation sans fin de l’abondance matérielle de l’humanité la menait à sa ruine.

© Tous droits réservés

3/[misère ; économie financière]

4/[misère ; fin du travail]

5/[misère ; croissance productive ; croquants]

6/[misère ; économie de l’attention]


    Laisser un commentaire