maladie (6)

6/[maladie ; élite ; manque ; déséquilibre ; sobriété, culture des 4 richesses]

― L’élite se jette dans la lumière du bon côté pour échapper à son angoisse, alors que c’est ça qui la nourrit et la fait grossir! Pendant qu’elle avance dans le bon côté elle s’éloigne du mauvais côté, sans comprendre que c’est aussi elle qui se trouve dans le mauvais côté, ce qui fait qu’elle s’écartèle en repoussant une moitié d’elle-même dans les ténèbres… Et cette moitié qu’elle repousse se met à lui manquer, ça devient son manque, ça devient ce qui lui manque pour être entière, pour être comblée, et comme c’est ça qui l’angoisse, il faut à partir de là qu’elle comble son manque pour se sentir rassurée et ne plus avoir peur!… Oh, quel terrible sortilège! Quel terrible sortilège!… C’est pour ça que les gens riches n’en ont jamais assez… Plus ils accumulent de richesse plus ils penchent du bon côté, plus ils penchent du bon côté plus ils repoussent l’autre moitié d’eux-mêmes dans le mauvais côté, et plus ils sont en manque! Ce qui se passe en réalité, c’est que pendant qu’ils s’enrichissent, ils creusent un trou à l’intérieur de leur être, le trou du manque qui les angoisse, ce qui fait que plus ils s’enrichissent plus le trou de leur angoisse augmente, et plus le manque à combler pour soulager cette angoisse devient grand! Et s’ils continuent comme ça jusqu’à atteindre l’extrême bordure du bon côté, au lieu d’être enfin jamais assez d'argentrepus et satisfaits, c’est tout le contraire qui leur arrive, ils deviennent les plus affamés et les plus en manque de tous!… Oh, quel terrible sortilège! Quel terrible sortilège!… Parce qu’à l’arrivée, ils ont accumulé toute la richesse et tout le pouvoir, ce qui fait que c’est ces gens-là, les plus affamés et les plus en manque de tous qui deviennent les maîtres du monde! C’est eux qui dirigent le monde, et bien sûr ils le font uniquement pour combler leur faim insatiable de profit et de pouvoir, ce qu’ils font uniquement pour combler le trou sans fond de leur angoisse, parce qu’ils sont les plus malades et les plus déséquilibrés de tous!

Carlos resta un moment suspendu sur cette impression d’inéluctable aboutissement dans la démence. Il se mit à cligner des yeux en y voyant un nouvel éclairage :

― … Oui, le déséquilibre, reprit-il avec circonspection, ils ont fini par être complètement déséquilibrés… Oui, parce que plus on penche du bon côté plus on se déséquilibre, et à l’extrême bordure du bon côté on arrive forcément à l’extrême déséquilibre… En fait, il n’y a pas que la tension qui grandit quand la frontière séparatrice grandit, il y a aussi le déséquilibre… parce que si la tension elle est la même des deux côtés du mur de la frontière, le déséquilibre lui aussi il est le même des deux côtés… et de la même façon que la tension fait souffrir des deux côtés, le déséquilibre lui aussi il fait souffrir des deux côtés… Ce qu’on a alors avec la gigantesque frontière séparatrice érigée par la religion de la croissance, c’est d’un côté une minorité de privilégiés qui accumulent toutes les richesses et de l’autre côté une majorité de pauvres qui se retrouvent sans rien, ce qui fait que le monde entier est complètement déséquilibré, le monde entier est écartelé par undéséquilibre gigantesque qui fait souffrir toute l’humanité…

misérables

riches à mourir

Carlos s’arrêta à nouveau pour s’imprégner de ce qu’il venait de dire. Et soudain, son visage tendu se relâcha dans un sourire lumineux :

― Mais dès que le poison a été clairement identifié, le remède s’impose de lui-même!

Reprenant mot à mot la formule du Dicteur comme pour lui témoigner qu’il avait bien assimilé sa leçon, il le regarda avec une joie triomphante :

― Oui, tout ce qu’ils ont à faire, c’est de revenir au milieu pour rétablir l’équilibre!… Au lieu que les riches continuent de s’enfoncer dans le bon côté pour souffrir toujours plus d’être toujours plus déséquilibrés, tout ce qu’ils ont à faire, c’est de déverser leur excès de richesse de l’autre côté de la frontière pour revenir à l’équilibre, ce qui mettra automatiquement fin à leur mal-être et à toute leur misère!… Oui, il est là le vrai remède à leur souffrance, et il est tout simple! Parce qu’en revenant à l’équilibre, ils vont se retrouver au milieu de la frontière séparatrice, et au milieu c’est le seul endroit où ils ne sont ni du bon côté ni du mauvais côté, le seul endroit où il n’y a plus de séparation, ce qui fait que c’est aussi le seul endroit où la frontière disparaît! Et où elle disparaît à l’extérieur comme à l’intérieur! Et si la frontière séparatrice n’existe plus à l’intérieur de leur être ils ne sont plus coupés en deux, ils sont à nouveau entiers et réconciliés avec eux-mêmes, ce qui fait que c’est tout leur manque, toute leur angoisse, tout leur déchirement qui va disparaître avec elle!… Oh oui, le remède il est évident et tout simple, tout simple! Il suffit de revenir au milieu pour être guéri de la maladie du manque, parce qu’au milieu on arrive au point d’équilibre parfait où tout est rassemblé et où plus rien ne manque! Mais s’il n’y a qu’au milieu que l’on ne manque plus de rien, ça veut dire aussi que c’est là, au milieu où on ne penche ni d’un côté ni de l’autre, au milieu où on n’est ni riche ni pauvre que se trouve en vérité le lieu de la suprême richesse!

Enthousiasmé par sa découverte, Carlos se fit encore plus persuasif :

― Mais oui! La richesse de la suprême qualité d’existence!

Et aussitôt la connexion avec la culture des quatre richesses lui apparut :

guinguette― Mais oui, mais oui! Parce qu’en revenant au milieu où on n’est ni riche ni pauvre, on atteint la sobriété qui est en fait le niveau de richesse matérielle idéal pour cultiver les trois richesses supérieures! La sobriété matérielle est le niveau suprême parce qu’il est le plus équilibré! Ce qui fait d’elle la base idéale pour cultiver la richesse de bonnes relations humaines avec tous, la base idéale pour cultiver la richesse d’une bonne santé physique et mentale, et la base idéale pour cultiver la richesse de l’équilibre, la suprême richesse de l’harmonie intérieure qui apporte la paix et la joie!

© Tous droits réservés


    Laisser un commentaire