La charte

1- Pas de but lucratif
Le mouvement que nous inaugurons a pour vocation d’être un service offert à la collectivité sans motivation lucrative, ce que nous ferons certifier par un organisme indépendant dès que son statut juridique sera établi.

2- Transparence
Toute notre activité, nos alliances, ainsi que la comptabilité de nos finances se veulent transparentes et seront diffusées régulièrement avec l’agrément d’un organisme certificateur.

3- Fiabilité des informations
Nous nous engageons à ne diffuser que des informations vérifiées en provenance de sources fiables qui seront systématiquement citées. Malgré cette précaution, nul n’étant à l’abri d’informations biaisées, nous nous engageons également à corriger et signaler nos éventuelles erreurs dès que nous en aurons connaissance sur la base de la surveillance avisée de notre public qui sera toujours la bienvenue.
Autrement dit, nous nous refusons à tout propos infondé de l’ordre de la rumeur qui relève du premier genre de connaissance selon le philosophe Spinoza, le genre de la connaissance vague ou par ouï-dire qui ne vaut rien parce qu’elle ne repose sur aucun fondement réel rationnel et qui est pourtant celle qui sévit de plus en plus dans le monde de la Communication.

4- Déontologie humaniste et holistique
Dans l’esprit de l’activisme spirituel, toutes nos interventions et communications respectent ces cinq principes de base :
– Nous incarnons le changement que nous voulons voir advenir dans le monde.
Parce que nous rayonnons et engendrons ce que nous sommes, nous nous exprimons sur la base d’un état d’être positif, aimant, à l’écoute des différences, enthousiaste et fondamentalement confiant dans le potentiel d’accomplissement bénéfique de l’humanité.
« Un futur positif ne peut émerger d’un esprit de peur et de désespoir » Dalaï Lama.
– La qualité de la fin dépend de la qualité des moyens.
Par là, nous nous écartons radicalement de toute forme d’idéologie et de fondamentalisme dont le principal aveuglement est : la fin glorieuse (toujours hypothétique et reportée dans le futur) justifie les moyens ténébreux (que l’on subit réellement dans le présent). Car si les moyens employés dans le présent génèrent de la souffrance, la fin libératrice qu’ils appellent ne peut en être exempte dès lors qu’elle adviendra du terreau de ce même présent tourmenté.
– Nos dénonciations portent sur les systèmes, structures, activités et dysfonctionnements générateurs de nuisances, mais sans les assimiler aux personnes qui les soutiennent que nous nous refusons de condamner.
Elles ont une vocation pédagogique d’éclairer sur leur réalité en vue d’y remédier, alors que les attaques sur les personnes ne peuvent qu’embrumer cet éclairage en le rendant passionnel. De plus, les stigmatiser personnellement revient à renforcer leur position « d’ennemi » en leur refusant la possibilité de changer et de se remettre en question, ce qui va à l’encontre de notre foi en l’être humain dont le potentiel de conscience est toujours susceptible de s’activer.
– L’ennemi est toujours d’abord à l’intérieur de soi avant d’être à l’extérieur.
De même qu’accuser les personnes ne fait que renforcer leur énergie d’opposition, il est tout aussi vain et improductif de poser des condamnations générales et des stigmatisations de caste qui rejettent la responsabilité de nos maux sur autrui. Car même au sein de l’élite, des multinationales, des banques, il se trouve des alliés potentiels qui s’efforcent de bien faire en dépit de leur conditionnement de caste.
« Aimez vos ennemis » dit Jésus, ce qui est la seule façon de les détruire en tant qu’ennemis.
– L’union fait la force.
Enfin de tout ce qui précède, nous gardons la conscience de mettre en avant tout ce qui peut unir la grande famille humaine autour des fléaux que nous partageons, tandis que nous nous efforçons d’effacer les différences qui nous opposent et affaiblissent notre pouvoir d’action collectif pour le bien de tous.

1 – Nous sommes…

2- Notre Mission

4 – Premier Manifeste

5- Culte de la personnalité et nouveau paradigme

6- FAQ