Conscience (5)

5/[conscience ; ordre de réalité ; nouveau paradigme]

― Mais justement, l’interrompit Carlos qui s’impliquait de plus en plus devant ce qu’il entendait… La culture des quatre richesses, tout ça… est-ce qu’elle n’avait pas pour but d’enclencher cette transformation intérieure de l’homme ?

smiley souriant au milieu d'une foule de smiley tristes

minorité, seul dans la foule

― Certainement, sauf qu’elle n’y est pas parvenue… Vois-tu, le grand écueil qu’elle a rencontré, c’est qu’une telle transformation ne peut pas se commander de l’extérieur parce qu’elle ne se réduit pas à une affaire de volonté. Ce n’est que chez cette petite minorité d’êtres humains qui ont eu accès à la vision supérieure qu’elle était à l’œuvre, et cela pas tant du fait de leur propre volonté que du fait de recevoir les nouvelles semences nécessaires au changement de leur état d’être directement de ce nouvel ordre de réalité qui aspirait à émerger à travers eux… Autrement dit, le pouvoir transformateur dépend essentiellement de la fécondation de nouvelles semences dans la conscience de l’homme que seule la connexion au nouvel ordre de réalité est capable de procurer. Et une fois encore, nous revenons à la même clé incontournable.

Moyahm Shédid se pinça les lèvres, cherchant un autre angle d’approche. Il reprit sur un souffle lourd en portant son regard sur les deux garçons :

― Je vais vous le présenter autrement… … Toute élévation du niveau de conscience s’accompagne d’une élévation du niveau d’énergie. Le conflit, la peur, la violence, l’oppression, l’inertie ont pour caractéristique de vibrer à un niveau de basse énergie qui correspond à l’état d’inconscience actuelle de l’humanité. Si vous-mêmes deviez tomber à ce niveau de basse énergie, vous vous retrouveriez instantanément dans une situation de conflit insoluble, d’angoisse et de passivité impuissante, mais surtout, vous ne pourriez vous empêcher de chercher inconsciemment à perpétuer cette situation douloureuse tout en jurant vouloir en sortir. Pourquoi cela ? Parce qu’une fois que vous êtes englués dans ce niveau de basse énergie, il prend possession de vous en devenant votre nouvelle réalité, votre nouvelle personnalité, une personnalité tourmentée que vous êtes incités à cultiver en cultivant votre tourment afin de ne pas mourir, c’est-à-dire afin de ne pas annihiler votre nouvelle personnalité à laquelle vous êtes désormais identifiés… La perpétuation du malheur relève fondamentalement de ce processus inconscient qui ne peut exister qu’à un niveau de basse énergie s’alimentant et se régénérant par le malheur. Et par conséquent il est impossible d’y mettre réellement fin tant qu’on ne l’a pas dépassé, tandis que dès qu’on est parvenu à se hisser au-dessus de lui, le malheur ne pouvant survivre dans la vibration d’une plus haute énergie, il ne lui reste plus qu’àgladiateurs combattant dans le cirque disparaître comme par enchantement… … La culture des quatre richesses provient d’un plus haut niveau d’énergie qui la rend inapplicable pour la majorité des humains qui restent piégés à ce niveau de basse énergie où ils sont condamnés à perpétuer leur malheur tout en luttant en vain pour lui échapper. Cela se traduit concrètement par le fait qu’ils en sont encore à réclamer du pain et des jeux aux maîtres du monde qui se chargent de s’occuper d’eux. Et comme ils se retrouvent à chaque fois avec de mauvais maîtres qui les exploitent, ils s’en plaignent constamment tout en rêvant de les remplacer par de nouveaux maîtres plus attentionnés qui s’occuperaient mieux d’eux. Mais à aucun moment ils n’ont la conscience et l’énergie suffisantes pour surmonter leur passivité et envisager la seule résolution véritable qui consiste à en finir avec tous les maîtres en devenant eux-mêmes leur propre maître, c’est-à-dire en assumant personnellement la responsabilité d’élever leur vie ainsi que la vie de la collectivité… ce à quoi aboutit bien évidemment la culture des quatre richesses.

© Tous droits réservés


    Laisser un commentaire