1 – L’Appel de Mongo : une arme de combat ?

Sous le déguisement d’un objet littéraire, « L’Appel de Mongo » est en réalité une arme de combat destinée à enclencher la révolution dans le monde de la Communication afin de rendre au collectif humain son pouvoir perdu sur sa destinée. Sur un mode fantastique et plus encore métaphorique, tout en explorant et analysant les rouages du pouvoir de la Communication se mettant en place dans notre monde contemporain, « L’Appel de Mongo » en tant que livre est aussi bien un acte de communication, c’est-à-dire une tentative d’accéder au pouvoir pour l’orienter dans une direction radicalement nouvelle en s’efforçant de toucher la plus vaste audience possible.

poing dressé tenant un crayon

résistance

Jusqu’ici le livre peut encore s’apparenter à de la science-fiction sociétale ou à de la politique-fiction, mais ce n’est là qu’une lointaine apparence. Car tout se passe dans le monde de la Communication qui est déjà le nôtre, un monde où l’accès au pouvoir dépend de notre capacité à conquérir l’audimètre. Nous sommes d’ores et déjà confrontés à la toute-puissante armée des artistes corrompus qui avec une redoutable efficacité se charge de capturer l’attention planétaire pour le compte des puissances régnantes, nous sommes d’ores et déjà noyés, saturés, hypnotisés par le flot ininterrompu de leur divertissement addictif qui plonge l’humanité dans un état d’engourdissement et de résignation molle à l’ordre établi. Nous sommes dans le monde de la Communication gouverné et manipulé par le pouvoir des forts où face à lui ne subsiste plus qu’une poignée de résistants, les derniers artistes porteurs de conscience qui tentent d’infuser des gouttes de lumière dans la torpeur collective d’une humanité en perdition dans le dessein de renverser le pouvoir, le dessein de faire tomber le monstre d’inconscience qui règne sur le trône de l’audimètre pour le remplacer par un roi éclairé par la conscience au service du bien commun. Et pour cela ces derniers artistes porteurs de conscience n’ont d’autre choix que de se battre pour conquérir l’audimètre, et pour cela ils n’ont d’autre choix que de passer eux aussi par les codes du divertissement efficace dans l’intention de toucher la plus vaste audience possible.

« L’Appel de Mongo » est la toute première arme de combat conçue par la résistance en vue d’accomplir ce grand et nécessaire dessein, une arme qui a vocation à servir de modèle pour rassembler la future armée de tous les artistes porteurs de conscience qui refusent encore de vendre leur âme au diable en leur donnant la claire direction du combat qu’ils ont à mener.

Et bien entendu, le lecteur s’introduit dans le livre en ignorant tout de cette réalité qui ne va lui apparaître que très progressivement, quand il va commencer à soupçonner que le divertissement dans lequel il s’est plongé pour le seul plaisir de s’évader de son quotidien agit comme un jeu de miroir qui le renvoie à sa réalité présente, intime et politique. C’est pourquoi le premier épisode avance masqué. Il a été conçu pour capturer l’attention du plus grand nombre en recourant à une forme simple, fluide, dynamique, très émotionnelle et visuelle de façon à ce que le lecteur se laisse captiver par le récit sans avoir à fournir d’effort d’attention. Tout comme on prend un verre d’alcool pour s’éloigner un instant de ses problèmes, il plonge ainsi dans un monde imaginaire qui lui procure ce plaisir d’évasion qui est la première qualité que la majorité des humains attendent aujourd’hui d’un produit culturel. Mais ce que le lecteur ne sait pas encore, c’est que ce premier épisode efficace et addictif est en réalité un Cheval de Troie qui sous l’apparence d’un pur divertissement s’est introduit dans sa conscience pour le convier ensuite à reprendre contact avec lui-même et son pouvoir d’agir sur sa propre vie.

Le grand défi du livre va donc consister à faire passer le lecteur d’une attention captive et passive qui l’enferme dans l’inconscience du divertissement à une libre attention active qui sollicite un réveil de sa conscience lui redonnant le pouvoir d’agir sur sa destinée. Et ce glissement s’opère très progressivement, conduisant le lecteur à une véritable stimulation de sa capacité d’attention, où à mesure qu’il reçoit les clés de lecture lui permettant de réaliser le processus à l’œuvre, il est invité à faire le choix politique de l’effort d’attention qui l’entraîne sur la pente ascendante de l’élévation de sa conscience, plutôt que de continuer à céder aux sirènes du divertissement efficace mais vide qui le maintient dans la prison de la facilité de l’attention captive.

Car il lui est très clairement indiqué que cette prison de la facilité est occupée à entraîner toute l’humanité sur la pente descendante de l’abaissement de son niveau de conscience, se traduisant par un affaiblissement généralisé de sa capacité d’attention. Or en perdant sa capacité d’attention, l’humanité perd sa capacité à agir sur les grands défis qu’elle a à relever, ce qui l’installe dans une impuissance, une opacité et une inertie qui l’enfoncent lentement mais sûrement dans l’inconscience de la barbarie, à l’image de ces enfants noyés de divertissements en grand déficit d’attention qui pour affronter leurs difficultés n’ont plus d’autre arme que la violence et la destruction.

Les quatre premiers épisodes constituent un livre complet qui se suffit à lui-même, aboutissant à un dénouement qui révèle la racine du dysfonctionnement planétaire à l’origine de toutes ses crises endémiques. Ce dénouement appelle alors une suite proposant un remède à ce dysfonctionnement qui ne peut être que d’une nature éminemment spirituelle, et c’est précisément tout le propos développé dans le deuxième grand volet de L’Appel de Mongo, totalisant au final huit épisodes en cohérence complète avec tout l’ensemble.

2 – Le choix d’une forme classique

3 – Premier défi : Activer les archétypes dans la conscience du lecteur

4 – Deuxième défi : Passer de l’attention passive à l’attention active

5 – A propos de la scène de sexualité explicite

6 – La Révolution, c’est quoi ?


    %d blogueurs aiment cette page :